Alors que le dialogue politique successif à la crise d’août 2017 au Togo se poursuit sous l’égide de la Communauté économique des états d’Afrique de l’ouest (CEDEAO), les dernières semaines ont été marquées sur le plan sécuritaire, par la profanation de divers lieux de culte dans le nord de la capitale. Dans un contexte politique pas encore totalement détendu, il est nécessaire pour les autorités togolaises d’éviter l’arrivée du fait religieux dans le tableau sécuritaire en faisant preuve de fermeté et d’impartialité dans la gestion des ces affaires de profanation.

Partager
Tags: , , ,