C’est sans aucun doute l’exemple parfait d’une construction étatique échouée. 57 années après son indépendance, l’État somalien cumule à peu près toutes les tares d’un état failli. L’autorité étatique se limite à la seule capitale Mogadiscio – et encore – confrontée à l’activité meurtrière d’un grand nombre de milices armées, et du groupe islamiste al-Shebab. Près de la moitié des 10 millions de somaliens vit en dessous du seuil de la pauvreté avec moins de 1,25 dollars par jour. L’espérance de vie ne dépasse guère les 50 ans. L’administration du territoire reste hautement inégale entre le nord fortement instable, la région autonome du Puntland qui vit comme un état indépendant, et la souveraineté qui reste à conquérir sur le territoire autoproclamé indépendant du Somaliland… et malgré la présence des 22 000 militaires de la force de l’Union Africaine, l’AMISOM, c’est à l’aéroport de Mogadiscio que les 275 députés et 54 sénateurs en quête de sécurité, ont dû se retrancher pour élire le nouveau Président de la République fédérale, M. Mohamed Abdullahi Farmajo.

Read More